Formation relative à la prise en charge du traumatisme chez l’enfant

Les connaissances actuelles proposent une vision du développement plus intégrée, mettant en relation les troubles de l’attachement avec les problèmes de socialisation tant de l’enfant que de l’adolescent. Le jeune enfant peut présenter très tôt des difficultés de comportement et l’adolescent mal adapté socialement souffre aussi de difficultés d’attachement, avec tout ce que cela implique pour le traitement de l’un et de l’autre.

OBJECTIFS


  • • Connaître les besoins fondamentaux Universels de l’enfant et la théorie de l’attachement, soit les bases d’un développement harmonieux de l’enfant
  • • Savoir repérer un trouble de l’attachement et en déterminer les origines. Les psychotraumatismes
  • • - Développer des possibilités d’accompagnement socio-éducatif et thérapeutique

CONTENU


Le développement socio-émotionnel chez le petit enfant, la cognition sociale

(autoconservation, connaissance de soi et de ses émotions, intégration d’un caractère moral...)

  • Acquisition de compétences propres par phases chez l’enfant
  • Influence des expériences sociales et du système de croyances et de valeurs de son entourage
  • Psychologie génétique : le psychisme résultat d’une interaction entre un développement inné et l’environnement de l’individu (épigénétique) - les neurones miroirs
  • Période sensible critique dans l’apprentissage d’habiletés sociales dans les premières années de vie (en l’absence de stimulations certaines zones du cerveau demeurent sous-développées)
  • Les nourrissons et les jeunes enfants maltraités et négligés sont plus susceptibles de produire une forte réaction au stress (production de cortisol hormone de réponse au stress)
  • Transmission intergénérationnelle des patterns d’attachement
  • Les enfant adoptés, en familles d’accueil
  • La prématurité : bébé moins gratifiant avec lequel la communication est plus difficile à établir
  • Les Troubles Neuro-Développementaux comprennent une déficience du fonctionnement intellectuel et du fonctionnement adaptatif (capacité à utiliser des compétences conceptuelles, sociales et pratiques dans son environnement social)

L’attachement

  • Lien affectif et durable entre l’enfant et sa figure d’attachement (recherche de sécurité et de réconfort)
  • Définition des soins requis pour les enfants : .. Entend et capte les signaux de l’enfant .. Comprend et déchiffre .. Répond de façon adaptée .. Dans un délai raisonnable (lien de cause à effet)
  • Les interactions comportementales (corporelles, visuelles, vocales), affectives, fantasmatiques : disponibilité, stabilité, prévisibilité
  • L’intériorisation du lien d’attachement primaire comme modèle à toutes les relations futures de l’individu
  • Différents types d’attachement : .. L’attachement sécure .. L’attachement insécure évitant .. L’attachement insécure ambivalent .. L’attachement désorganisé

Maltraitance et négligence

  • Par commission : violences (physiques, psychologiques, sexuelles) Par omission : négligence (échec à pourvoir aux besoins de base ou à protéger d’un dommage effectif ou potentiel)
  • L’exposition à des violences et/ou négligences : facteurs de stress chronique, de conditionnement à la peur
  • Les besoins fondamentaux Universels de l’enfant : besoins vitaux (physiologiques et de santé, de protection, affectif et relationnel) dont un méta-besoin (la sécurité), et encore besoins d’un cadre de règles et de limites, d’identité, d’estime de soi et de valorisation de soi, d’expérience et d’exploration du monde
  • Prendre en compte les valeurs sociales et culturelles de chaque famille, pas seulement les normes de besoins et de soins pour l’enfant et les représentations sociales en vigueur
  • Les facteurs de la négligence : .. facteurs individuels : ignorance, problèmes psychologiques de la mère (immaturité, dépression, maladie mentale, toxicomanie), caractéristiques chez l’enfant .. facteurs sociaux : pauvreté, isolement social
  • Les psychotraumatismes : .. certains des signes observés peuvent être dus à d’autres traumatismes (violence physique, abus sexuel…) .. nécessité d’une thérapie axée mémoire traumatique et dissociation

Les troubles de l’attachement

  • Déterminer si le lien / les interactions observées entre la figure d’attachement (la mère / le substitut maternel) et l’enfant est pathologique, soit pouvant entraver le développement de l’enfant (tout type d’attachement reflète-t-il l’existence d’un lien entre la mère et l’enfant ?)
  • Le « concept de bébé à risque »
  • Instruments de mesure pour évaluer le niveau de soins d’un enfant, ses conditions de vie, de développement - outils / grilles évaluatifs des interactions précoces et du langage mère-enfant (attention à la subjectivité) : .. perception et prise en compte des messages de l’autre, .. excès ou manques de stimulations, leur caractère paradoxal ou fluctuant .. identifier les éléments qui font partie de la situation de négligence / les besoins de l’enfant .. établir les seuils de gravité justifiant l’intervention extérieure dans la vie des familles
  • L’attachement concerne aussi la relation avec le père, l’enjeu de l’autonomie à l’adolescence

Signes cliniques des troubles de l’attachement

** Chez le bébé / nourrisson : Bébé « difficile », troubles du sommeil, retard de développement, de langage...

** Chez l’enfant :

  • symptômes physiques (allergie, syndrome de fatigue chronique, stress…), maladies, retard de croissance…
  • apprentissages difficiles, faible concentration intellectuelle
  • faible niveau de conscience des sensations, sentiments et besoins, faible tolérance à la frustration, à l’abandon, sociabilité sans discernement, dépendance affective, absence de réactions manifestes à la séparation, incapacité de conserver les bons moments sans les détruire par la suite, relations conflictuelles avec les pairs
  • anxiété, humeur dépressive, accès de rage, violence, ruptures à répétition, difficulté à faire le deuil d’une relation

** Chez l’adolescent : Certaine mise à distance physique des parents, nouvelles figures d’attachement : amis, premiers amours

  • comportements internalisants : manque d’affirmation de soi ou réussite sociale, réaction à toute limite ou exigence comme à une attaque ou à une critique, inaccessibilité à l’autre, sentiment chronique de solitude, de perte de sens
  • comportements externalisants : anti-sociaux : vols, fugues, violence physique, refus du contact physique…
  • dépendances : boulimie, alcool, drogue, sexualité compulsive, sensations fortes, sports à risque…

** Chez l’adulte :

  • Evaluation de l’attachement à l’âge adulte et à l’adolescence : .. « L’état d’esprit » de la personne à l’égard des relations vécues avec ses parents (son évolution) .. Caractère positif et négatif des expériences ; comment les souvenirs négatifs sont intégrés dans l’expérience .. En quoi le vécu de trouble de l’attachement a influencé la personnalité de l’adulte
  • Possibilité de troubles anxieux, dépressifs, difficultés relationnelles, isolement social, manque d’estime de soi…
  • Persistance du mode d’attachement construit dans la petite enfance, y compris dans les relations amoureuses : .. Attachement sécure : ? flexibilité attentionnelle et cognitive alternant les points de vue et les centres d’intérêt, sans se mettre sur la défensive systématiquement en cas de contradiction .. Attachement évitant : ? rejet de l’attachement et de la dépendance affective, désactivation des émotions douloureuses, voire positives
    .. Attachement ambivalent (ou anxieux) : ? demandes affectives démesurées et peur d’être abandonné pouvant mener à douter de la sincérité de l’amour de l’autre

Les modes d’intervention

** Les besoins fondamentaux Universels de l’enfant croisent les notions de :

  • l’intérêt de l’enfant : indéterminé en général mais déterminable pour chaque situation
  • les droits de l’enfant, en référence à la Convention Internationale des droits de l’enfant

** Les caractéristiques du travail socio-éducatif pour permettre une évolution positive de la relation parent/assistant familial -enfant (diminution de la négligence physique, meilleure structuration de la vie familiale…) :

  • se centrer sur l’accordage et la régulation mère/assistant familial-enfant (relation émotionnelle de confiance, empathie) : créer des modèles internes opérationnels positifs, le but est que la relation parents/assistant familial-enfant s’installe d’une façon durable pour que les parents puissent la maintenir à la maison
  • la famille : l’implication parentale/assistant familial dans la thérapie, définir la structure maintenant sécurité et répondant aux besoins de l’enfant
  • prendre en compte la résistance au changement de l’enfant, de la famille de naissance
  • développer une réflexivité des interventions et des pratiques professionnelles afin de procurer aux enfants continuité et cohérence de parcours

** Les moyens disponibles, promouvoir les ressources sur le terrain entourant la famille/assistant familial (réseau : structures d’accueil, enseignant, pédiatre, MDPH...) : intérêt d’un cadre de référence partagé

** Le travail avec l’enfant / le jeune

  • Evaluation des capacités de fonctionnement émotionnel et social de l’enfant, de ses moyens d’expression et de ses capacités cognitives, développer la réciprocité et l’engagement - outils d’observation, de recueil de données, de mesure de l’(in)satisfaction - adapter les interactions au niveau du développement émotionnel de l’enfant plutôt qu’à son âge chronologique
  • Se centrer sur l’accordage et la régulation des interactions. Comprendre les troubles de régulation : analyse fonctionnelle de chaque trouble du comportement. Fiche de comportement. Questionnement sur l’environnement et les pratiques. Gérer les situations de crises
  • Permettre à l’enfant de faire confiance et d’accepter la structure parentale, l’offre proposée. Donner des repères, des limites, des interdits - respecter le rythme de l’enfant, ses éventuelles conduites d’évitement
  • Travail sur le respect, les conséquences de ses actes, la responsabilisation, l’empathie. La notion de sanction / réparation éducative
  • Elargir les figures d’attachement : le réseau social affectif de l’enfant/jeune : membres de famille élargie, amis, professionnel référent, partenaires de loisirs - éviter l’isolement, valoriser le jeu, développer un sentiment d’appartenance. La résilience
  • Favoriser l’autodétermination de l’enfant / du jeune, l’auto-évaluation de son évolution - adapter les demandes au niveau auquel l’enfant peut réussir pour lui permettre de se valoriser et développer un sentiment de compétence
  • Disposer d’une boite à outils d’attitudes et approches éducatives adaptées aux différents troubles observés (toucher-masser, petit soin thérapeutique (bobologie), empathie, écoute attentive, médiation animale, objet transitionnel, actions de résilience, atelier respiration-relaxation, tiers relai ou tiers médiateur...)

** Le travail avec la famille de naissance : rendre les parents compétents

  • Créer des liens avec la famille, sécuriser les parents et les enfants
  • Prendre en compte le vécu des parents, notamment de carence affective, de violence ou encore de déficience intellectuelle
  • Evaluer la capacité des parents à former une relation avec leur enfant (structure, incitation, nourrissage, émulation)
  • Evaluer les ressources disponibles dans la famille ou dans son environnement de vie de l’enfant ( dimension écosystémique)
  • L’impact sur les parents du « placement » de leur enfant
  • Aider les parents à avoir une compréhension plus positive et empathique des besoins de leur enfant
  • Comment assurer les besoins des parents pour qu’ils puissent réagir aux besoins de leur enfant

** Limites des professionnels face à certaines situations

  • Ressentis des professionnels face à certaines évolutions pathologiques, à l’agressivité
  • Stress, usure, notion d’impuissance
  • Relais : pour quoi ? Vers qui ? Comment l’optimiser ?

** Définir une thérapeutique

  • Soutien psychologique, médication, travail sur la mémoire traumatique (EMDR...), la dissociation... de l’enfant selon le type de troubles de l’attachement (avec ou non négligence, traumatisme précoce, cumulatif…)
  • Former une relation sécure entre l’enfant et le thérapeute afin que l’enfant puisse élaborer le traumatisme
  • Avoir une bonne connaissance des particularités de l’enfant accueilli, selon le type de maltraitance (ruptures, deuils, agression sexuelle…) ou encore le handicap surajouté - en informer les assistants familiaux
  • Accompagner les professionnels, notamment les assistants familiaux et leurs référents
  • Place des approches favorisant la détente, le bien être, la confiance en soi… pour l’enfant / le jeune
  • Place du secteur pédo-psychiatrique
  • Soutien au parent de naissance

** Rôle de la Justice :

  • La notion de temporalité des processus psychoaffectifs, soit l’effet sur l’avenir de l’enfant et de ses parents des décisions dans l’immédiat (placement, retour en famille, séparation des fratries...)
  • La prudence adaptée à la situation de chaque enfant, notamment au regard du méta-besoin de sécurité pour l’enfant, dans les retours en famille, les visites médiatisées
  • Le Rapport de situation axé (décret 17.11.2016 relatif au référentiel fixant le contenu et les modalités d'élaboration du rapport de situation prévu à l'article L. 223-5 du Code de l'Action Sociale et des Familles) : développement et santé physique et psychique, relations avec la famille et les tiers intervenants dans la vie de l’enfant, scolarité et vie sociale

Le Projet Personnalisé de l’Enfant

  • Définir un Projet Personnalisé pour l’enfant / le jeune, commun pour tous les intervenants, décliné dans les différentes structures travaillent en partenariat, couvrant les projets de tous les intervenants = soit le projet de l’enfant (pas le projet de chaque structure) = accompagnement à la carte
  • Coordination transversale des différents intervenants partenaires, avec nécessité de définir les objectifs de travail de chaque partenaire
  • Définition d’objectifs et moyens à mettre en œuvre, concrets, précis, mesurables
  • Le Projet Personnalisé se décline dans plusieurs environnements : ASE, école, famille… ce qui nécessite une continuité des objectifs, des outils communs (d’analyse des troubles…) et des réponses à apporter
  • Chaque structure d’accueil devra disposer d’un « contenant » adapté aux enfants / adolescents porteurs de troubles de l’attachement / troubles du comportement, aussi des apports de connaissances sur ce thème peuvent être nécessaires

La prévention

  • Faire vivre le concept de l' intérêt supérieur de l'enfant / versus l' intérêt des parents, voire d’autres intérêts
  • Prendre en considération qu'un enfant peut être en danger psychoaffectif, pas seulement physique
  • Créer et diffuser des outils permettant de mettre en évidence les enfants exposés à des dangers
  • Evolution observée lorsque la violence cesse : .. Reprise des étapes du développement psychique de l’enfant, avec persistance de peurs (délai nécessaire pour être à nouveau insouciant) .. Reconstitution narcissique des mères ayant perdu confiance en elles, en raison de la violence subie, voire des interprétations des divers professionnels sur elles

PRÉREQUIS : Cette formation s'adresse à tout salarié d'un établissement/d'un service médico-social. Aucune connaissance spécifique n’est demandée sur les thèmes abordés.

MOYENS TECHNIQUES : Pour les formations en inter (sur site) une salle de formation, un vidéo projecteur, un ordinateur portable, un paper board
Pour les formations en ligne ou en blended learning, chaque stagiaire doit se trouver dans un endroit calme. Il doit être équipé d’un casque, webcam, micro et ordinateur.

METHODE ET MOYENS PEDAGOGIQUES : AIR déroule cette formation en échangeant, de façon permanente, avec les stagiaires et en adaptant ses supports visuels et ses exercices aux attentes des stagiaires (Exercices relatifs à la compréhension des présentations- Echanges et travaux de groupes- Etude de cas sur des situations vécues - Apports théoriques et références bibliographiques)

EVALUATION : Tour de table « que connaissez-vous sur … » en début de formation. Questionnaire d’évaluation de la formation au regard des objectifs définis du programme

ANIMATION – ENCADREMENT : formateur AIR possédant une expérience en établissement médico social et social et des compétences pédagogiques.

DOCUMENTS FOURNIS : Documents pédagogiques et attestations de présence.

ACCES HANDICAP : L'accès pour une personne porteuse de handicap est à prévoir par l'Etablissement. Si l'un des stagiaires a des besoins en compensation, merci de bien vouloir nous prévenir.

ADAPTATION DU PROGRAMME : Le contenu ci-dessus est donné à titre indicatif. AIR pourra adapter ce programme selon vos besoins.

DELAIS : Les délais seront abordés dès la phase du devis.

STAGE INTRA
Coût Pédagogique : 1060 €/jour
Durée : 2/3 jours adaptés à votre demande

En continuant à utiliser le site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer